🟪 Alfa Romeo Disco Volante (2012). Une folie automobile à l’italienne !

Salon de Genève, mars 2012 : 60 ans après l’Alfa Romeo C52 Disco Volante est présenté un surprenant concept-car du même nom développé par Touring Superleggera. Une beauté clivante qui a convaincu Alfa Romeo d’y apposer son blason avant de passer à l’acte pour une production en très petite série. Retour sur cette folie automobile à l’italienne.


Alfa Romeo a toujours proposé des concept-cars incroyables. La Discovolante (« soucoupe volante » en italien) et sa déclinaison Spyder en sont la preuve. Sauf que cet OVNI automobile n’est pas resté à l’état de prototype mais a eu droit à une production en série (très limitée) et à un noble V8 transalpin.

Un design tranché et clivant hérité de la C52 Disco Volante de 1952

L’Alfa Romeo Disco Volante c’est avant tout un design singulier qui ne laisse pas indifférent. Il s’agit de la réinterprétation de la C52 Disco Volante qui avait elle aussi marqué les esprits en 1952.

🔺L’Alfa Romeo C52 Disco Volante de 1952, construite à 4 exemplaires seulement, doit ses lignes à la Carrozzeria Touring. Elle employait un 1.9 l porté à 158 ch pour un poids de seulement 735 kg

La Disco Volante de 2012 a été fabriquée par Touring Superleggera et dessinée par Louis de Fabribeckers. Son design reprend très largement l’esprit et les lignes de son ailleule. « Le poids est l’ennemi, la résistance à l’air l’obstacle » : la devise de Felice Bianchi Anderloni, fondateur de l’officine Touring Superleggera, a pleinement été mise en œuvre pour cette icône du design automobile. Jugez plutôt.

Une ligne élancée et « affinée » pour être « insensible au vent », des hanches larges débouchant sur un arrière fuyant, des passages de roues avant coupés à la serpe, un long capot et une gueule surmontée de phares haut perchés sur d’élégants bosselages de circonstance. La carrosserie alliait l’emploi de fibre de carbone et de panneaux en aluminium formés à la main. Chaque unité a ainsi nécessité plus de 4000 heures de travail. Une vraie œuvre d’art sur roues !

La version découvrable dénommée Disco Volante Spyder, présentée au Salon de Genève en 2016, 4 ans après le coupé, n’est pas en reste sur le plan esthétique. Elle intègre un double bossage arrière dans le prolongement des sièges conférant à l’ensemble un supplément d’âme néo-rétro. Et le toit amovible est composé de panneaux en fibre de carbone, synonyme de légèreté et de rigidité

Une auto d’exception construite à 16 exemplaires, dont 8 coupés et 7 Spyder. Le 16ème exemplaire ? Il s’agit tout simplement du prototype (roulant) présenté par Touring Superleggera au Salon de Genève en mars 2012.

Une base d’Alfa Romeo 8C Competizione et une sonorité hors du commun

Pour mettre cette monstrueuse beauté en musique, Alfa Romeo a opté pour une base technique de premier choix. Celle de l’Alfa Romeo 8C Competizione à laquelle la Discovolante emprunte le châssis, les trains roulants, la transmission et surtout la mécanique. Un magistral V8 de 4.7 l de cylindrée dérivé du 4.2 l de la Maserati GranTurismo, placé en position centrale avant. Sous le capot de la Disco Volante, il offre 450 ch et 480 Nm de couple. De quoi promettre un brillant 0 à 100 km/h en 4,2 s (4,5 s pour le Spyder) et 292 km/h de pointe.

🔺Le V8 de la Disco Volante, issu de la 8C Competizione

Cette propulsion à la répartition des masses quasi parfaite (49 % AV / 51 % AR), hérite d’une boîte de vitesses séquentielle à 6 rapports à commande électrique avec palettes au volant, ainsi que d’un différentiel à glissement limité.

Au-delà des performances pures, la Disco Volante propose une symphonie des cylindres qu’aucune de ses rivales italiennes, pourtant plus affûtées et plus puissantes, n’était en mesure de pouvoir offrir. Un mystère, puisque ce bloc a pourtant équipé des Ferrari et des Maserati sans que le concerto ne sonne jamais aussi juste…

🔺Envie d’entendre le rugissement du V8 de la Disco Volante ? Le teaser de Touring Superleggera est pour vous !

Ajouter à cela, une hyper exclusivité, un héritage hors du commun et vous obtenez un morceau d’histoire de la marque au Biscione qui n’a pas de prix. Ou plutôt si, 500 000 $, tarif de base (non officiel) hors options lors de sa sortie.

Une des supercars les plus originales et démesurées que l’histoire de l’automobile n’ait jamais connu. Sublime, élégante et raffinée, elle restera à jamais dans les annales du design, à l’instar de la C52 Disco Volante dont elle est la digne héritière des temps modernes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :